Immunodosage pour le diagnostic de l'hypertension

Le système endocrinien est constitué de plusieurs glandes dont la principale fonction est de secréter des hormones dans le sang.

Les hormones (amines, peptides et protéines, stéroïdes) constituent une forme majeure de communication entre différents organes et tissus et régulent une grande variété de processus physiologiques, incluant fréquemment des boucles de rétroaction.

Par conséquent, les maladies endocriniennes, qui peuvent conduire à une augmentation ou à une diminution de la production d’hormones, sont des troubles complexes, et les tests en laboratoire jouent un rôle important dans le diagnostic et le traitement.

Un exemple caractéristique de trouble du système endocrinien est l’hyperaldostéronisme primaire (HAP), dont l’un des principaux symptômes est l’hypertension artérielle. Initialement supposé ne concerner que 1 % des patients atteints d’hypertension, il apparaît à la lumière de données récentes que la part de  l’HAP pourrait représenter  5 à 15 %. La détection de l’ HAP est importante puisque celui-ci présente des taux de morbidité cardiovasculaire et de mortalité supérieurs à ceux des patients atteints d’hypertension artérielle essentielle. Il existe de plus des traitements spécifiques contre l’HAP. L’ « Endocrine Society (1) » recommande une détermination du rapport aldostérone/rénine (RAR) pour détecter l’HAP dans les groupes de patients présentant une prévalence relativement élevée de l’HAP, y compris de patients souffrant d’hypertension artérielle grave ou résistant aux traitements.